Présentation de l'asso

Qu’est-ce que L’Apogée ?

Créée en 2016, l’Apogée est une association dont le but est de partager et promouvoir des spectacles culturels par le biais de manifestations culturelles soumises à paiement.

En plus clair, l’association organise des festivals centrés autour de la musique et des arts du cirque (jonglerie, acrobatie, théâtre, etc.), en général accompagnés de jeux (jeux en bois, Troll Ball) et d’animations (initiation aux arts du cirque, ateliers de fabrication de balles de jonglerie, etc.).
Jusqu’ici ont lieu deux festivals par an.

Certaines animations peuvent également avoir lieu en-dehors des festivals organisés par l’asso, comme des animations jonglerie pour d’autres associations ou événements ou des workshops pour jongleurs débutants ou confirmés.

Un DJ en train de mixer

Qui sont les gens de l’association ?

Un regroupement d'amis au départ, puis par extension de gens motivés par le projet. Chacun apporte sa pierre à l'édifice que ce soit par des compétences particulières ou sa motivation. On a toujours besoin d'aide et on n'a pas encore toutes les compétences nécessaires à notre développement au sein de l'association.

L’association est actuellement dirigée par un bureau de 6 membres, et vit grâce aux membres du bureau et à des membres dits « actifs » : des bénévoles suffisamment motivés pour donner de leur temps à l’organisation des événements et à la vie de l’asso.

Où et Quand ?

L’association est basée dans le Léon, en Finistère Nord. Si le siège social est à Brest, les deux festivals se déroulent tous deux à environ 20 minutes de Brest :

le premier, la « grande édition » se déroule en fin de printemps/début d’été à Ploumoguer (extrême Ouest)

le second, plus petit et n’étant pas voué à grandir (300 personnes max), se déroule en automne au magasin de producteurs Goasven, à Logonna-Daoulas (en Cornouaille, près de Daoulas et de Landerneau).

Un artiste à genoux sur scène, un petit accordéon dans les mains, portant un casque en équilibre sur une sorte de massue, elle-même en équilibre sur son menton.
                  La compagnie Les yeux fermés, novembre 2017,
                                                      Goasven (Logonna-Daoulas)

Pourquoi ?

L’idée principale, outre l’envie de faire plaisir en se faisant plaisir, est de faire découvrir non seulement des artistes, mais aussi et surtout des univers, des « zones » artistiques à un public qui, au départ, ne tendrait pas particulièrement vers ces-dits univers.

Pour être plus précis : l’idée de mélanger en festivals concerts, spectacles et jeux a pour but de faire découvrir :

- les arts du cirque à un public venu principalement pour la musique ou pour le jeu ;
- des artistes peu ou pas assez connus (à notre goût) à un public venu pour des artistes connus (qu’ils soient musicaux ou circassiens)
- des jeux pas forcément très connus au public venu pour les concerts ou pour les spectacles.

Comment ça marche ?

  • Dans le concret des festivals

Avant tout grâce à une équipe de bénévoles et d’organisateurs motivés et efficaces ! Mais aussi grâce à la bienveillance des gérants des lieux que nous occupons pour nos événements, à savoir la mairie de Ploumoguer et les gérants de Goasven qui nous font tous deux confiance.

Nous comptons, pour faire venir du public, sur les artistes, qu’il s’agisse de leur renommée ou de la communication qu’eux-mêmes apportent pour les événements auxquels ils participent ou ont participé.

  • Dans le financier

Financièrement indépendants jusqu'ici, nous misons beaucoup sur la solidarité entre associations (Cirque en Spray ; Jongle et Rit ; Clip ; Cosmic Gourou ; Tonio - ingé son - ; collectif Tomahawk ; Goasven ; Kergariou ; Baril ; Croc Jeux ; l’Association Plage Guérin ; MPT du Valy-Hir ; MPT de Pen Ar Créach ; Asélud ; Canal Ty Zef, etc.).

Nous engrangeons aussi quelques petits profits grâce :

- à des animations ponctuelles (Centre social de Lambézellec, Kulturanim et le bar-restaurant Le Boucan.)

- à des workshops de jonglerie : (Metlili, Flako)

- à des dons anonymes (pour le moment nous ne pouvons pas permettre une réduction d’impôt sur les dons)

Il est à noter que l’événement d’automne, qui a atteint en 2017 sa capacité maximale de 300 personnes sur terrain privé, sert à l’association de « soirée de soutien ». Les artistes acceptent de jouer gratuitement (avec défraiement, catering et logement, évidemment). Le but est soit de combler l’éventuel déficit de la précédente grande édition, soit de s’assurer d’avoir un peu d’argent pour pouvoir préparer la suivante.

Des crêpes en tain d'être tournées sur un bilig
Les crêpes artisanales, fabriquées et tournées par nos bénévoles.

Des festivals éco-engagés

Nous nous efforçons, tant que faire se peut, de miser sur des solutions écologiques et/ou locales à destination du public, et espérons ainsi aider à la sensibilisation dudit public aux questions écologiques.

Cela passe par :

→ la vente de boissons et nourritures au maximum biologiques et locales, telles que :

  • des bières bio et locales,
  • du vin naturel provenant de Loire-Atlantique (difficile d’en faire plus
  • de la nourriture bio et locale, si possible achetée directement aux producteurs (pour les stands tenus par des bénévoles) ou proposée par des stands itinérants (food trucks, par exemple) tels que notre partenaire de toujours : Good Karma Food (cuisine itinérante végétarienne du monde) ;

→ mais aussi par des toilettes sèches, dont le contenu sera composté puis utilisé par des paysans pour leurs cultures ;

→ la programmation de spectacles à messages écologiques et politiques, tels que Les oiseaux du continent plastique (par la compagnie La Cane, la mouton ? ) ou Ça n’a pas de sens (Cie Tas pas dit balle) ;

→ la présence sur le site de poubelles de tri et la formation de bénévoles à l’importance du tri, notamment l’équipe Propreté des festivals ;

→ la fabrication de décorations et d’une petite scène mobile à partir d’éléments de récupération (palettes, plaques de contreplaqué, morceaux de bois, etc. tous destinés à la destruction).

Fabrication de la petite scène mobile, sur place, à Goasven
Fabrication de la petite scène mobile, sur place, à Goasven